Trésors de Zamalek

Je viens de passer plusieurs jours à me rendre sur l’île de Zamalek qui se situe sur le Nil.

Ce quartier résidentiel du Caire était le foyer du développement intellectuel des années 1920 à 1960.

J’ai donc sillonné les rues pour m’imprégner du calme qui y règne et essayer d’imaginer Marie Cavadia, qui résidait dans la rue El Mansour Mohamed.

La rue Hassan Sabri Pacha quant à elle était celle qui abritait la revue de La Semaine égyptienne.

A Zamalek, j’ai également pu rencontrer un des descendants d’Hoda Charaoui qui a bien voulu me voir et me parler d’elle, même s’il ne l’a pas connue, et m’aiguiller sur la manière de trouver quelques archives peut-être encore disponibles.

Ce type de rencontres peut parfois mener loin, tout près des auteures que je ne lis d’habitude que sur papier. Une ancienne journaliste, aujourd’hui retraitée, m’a accordée sa confiance pour me raconter avec détails les souvenirs qu’elle a encore d’Out-el-Kouloub puisqu’elle assista, avec ses parents et sa soeur, à de nombreux diners mondains donnés par l’auteure de Zanouba, de Ramza, et du Coffret hindou, et se remémore encore les qualités qu’elle avait pour recevoir le milieu intellectuel et artistique dans son beau palais du centre-ville. Cette journaliste connut également Amy Kher, dont elle me donna quelques détails sur la vie mondaine.

Comments are closed.